RENFORCEMENT DES CAPACITES A L’ECOLE NATIONALE DES OFFICIERS DE TOFFO : La Douane met en orbite son histoire, ses missions et l’organisation générale de ses services

305

Si la douane est perçue comme «la branche de l’administration publique chargée d’établir et de percevoir les droits imposés sur les marchandises, à la sortie et à l’entrée d’un pays », elle est  tout aussi tributaire de la régulation des flux de la chaîne logistique internationale. C’est dont à ces tâches que s’attellent les disciples de St MATHIEU dirigés par le  Dr Colonel SACCA BOCO Inoussa Charles, Directeur Général des Douanes et Droits Indirects.

En effet, la formation sur les Missions et l’Organisation Générale des Services des douanes initiée par le Commandement de l’Ecole Nationale des Officiers de Toffo au profit des élèves officiers militaires de la 15ème promotion dénommée ‘’Promotion Sous-Lieutenant Bertrand Alladeï Amahou SELLO’’ et ayant pour Directeur de Promotion le Capitaine TOSSOU Anani Gillot, est une première dans l’histoire de cette prestigieuse école à vocation régionale. Elle vise à outiller les futurs officiers à maîtriser le fonctionnement général des composantes des Forces de Sécurité Publiques, de s’approprier certaines notions clés et connaître les structures et l’implantation géographique des services de la douane.

Animée par le Commandant MALEHOSSOU Aboudou-Raoufou et le Capitaine MAYABA T. Bienvenu, instructeurs à l’Ecole Nationale des Douanes de Porto-Novo, la communication s’est déroulée en deux (02) séquences à savoir (i) un bref aperçu de l’histoire des douanes béninoises et (ii) les Missions et l’Organisation Générale des services.

La première partie de la communication a porté sur l’aperçu historique de la douane béninoise. En effet, l’orateur exhume les vestiges historiques et montre que la douane a existé dans le temps et l’espace puis a traversé des générations  jusqu’à l’époque contemporaine. La tradition orale béninoise enseigne que la douane existait au Dahomey depuis l’époque des rois HOUEGBADJA, AGADJA et GUEZO. Tous les commerçants payaient aux Rois le  » KOUZOU » (sorte d’impôt) perçu par les HOUMEKPONTO (les agents du roi chargés de la perception du kouzou) dans les limites du royaume et par les AGBADJIGBETO à l’étranger. Le taux du KOUZOU pouvait atteindre le dixième du prix de vente de la marchandise voir le tiers. Cette taxe était payée soit en cauris, soit en nature. Ces droits et taxes étaient perçus à certains points stratégiques appelé « DENOU ». Entre autres points stratégiques on peut citer : Ouidah, Godomey, Calavi, Cotonou etc.

La deuxième partie de la communication a ressassé les principales missions de la douane avec en point de mire, l’organisation et l’implantation géographique des services de douanes. Dans ce cadre, le Capitaine MAYABA a souligné que la douane dans son office, exécute trois (03) principales missions qui se résument aux missions fiscales (perception des droits et taxes), économique (accompagnement et protection des industries locales et communautaires) et protection (surveillance des frontières et lutte contre la fraude douanière, protection de la santé publique, la sécurité publique la moralité publique etc).

En outre il  explique que ces missions sont mises en œuvre sur le territoire douanier et notamment dans le rayon des douanes grâces aux pouvoirs conférés aux fonctionnaires des douanes par la loi 2014-20 du 12 septembre 2014 portant code des douanes en République du Bénin.

De plus, ces missions sont mises en œuvre de façon performante dans un cadre organisationnel et fonctionnel régit par le décret n°2019-430 du 02 octobre 2019, fixant la structure type des ministères dont Ministère de l’Economie et des Finances dans ses attributions, organisation et fonctionnement et l’arrêté n°0197/MEFPD/DC/SGM/DGDDI du 23 Janvier 2015 portant attributions, organisation et fonctionnement de la Direction Générale des Douanes et des Droits Indirects. A l’issue de la communication suivie d’une attention particulière par les élèves officiers, des questions et des points d’ombre ont meublé les échanges  qui du reste ont apporté une touche scientifique à la formation.